Développer Khushu dans Salat - Apprendre une compétence de vie

Développer Khushu dans Salat – Apprendre une compétence de vie

L’air souffle au-dessus de ma tête. Je sens la circumambulation des pales de mon ancien éventail faire bruisser mon khimar. Mes yeux se concentrent sur le tapis rugueux de couleur avoine qui ressemble à un massage sous mes pieds.

Distractions sans fin

Je me lève, je m’incline, je me prosterne. Je répète.

« Que puis-je cuisiner pour le dîner ? Est-ce que ça servira à quelque chose ?

J’ai besoin de me concentrer. Je me prosterne.

« Est-ce une tache sur le tapis ou un bug ?! J’ai beau nettoyer beaucoup, je n’arrive jamais à suivre. »

Se concentrer.

« Si je dois me lever tôt le jeudi, à quelle heure dois-je me coucher ou puis-je simplement boire plus de café ? Quoi qu’il en soit, mon esprit sera brumeux, alors qu’importe ?

Se concentrer!

Je me prosterne. Mon téléphone sonne depuis l’autre pièce. Qui est-ce?

Se concentrer!!

Comme il doit être difficile de se concentrer dans la prière quand on a des enfants qui courent partout.

SE CONCENTRER.

Je me tiens. Je récite. Et je répète.

17 ans de pratique et je me bats toujours constamment avec mon esprit alors que khushu entre et sort pendant la salat (prière).

Parfois, j’ai l’impression que tout le monde a ça et je suis le seul triste à essayer encore de bien faire les choses. Je suis un enfant à la salah alors que tout le monde a beaucoup mûri dans sa pratique. Je suis dans une mer d’experts qui font semblant de s’intégrer.

Mon esprit dérive avec ces pensées en dehors de prière:

« Tout le monde est meilleur que toi. Vous êtes pathétique et vous échouez même dans la pratique fondamentale et fondamentale de votre foi. Pourquoi tu essaies ? Vous avez déjà échoué. Pourquoi se relever pour échouer à nouveau ?« 

Ces pensées sont bien sûr absurdes. La plupart des gens ont du mal avec khushu dans prière et le seul véritable échec est d’arrêter. Se battre ou faire de son mieux est le succès. Mais si je les laisse faire, ces ruminations mesquines prendront le dessus. Ils se développent comme une vigne à croissance rapide, étranglant la vie sur tout ce qui se trouve sur son passage.

Pour moi et pour beaucoup comme moi, ce n’est pas la connexion à Allah (SWT) ou même le prière cela gêne. C’est ce sombre dialogue interne. Pour ceux qui n’ont pas encore établi la prière dans leur vie, c’est généralement le même problème. Les pensées décourageantes comme :

« Pourquoi commencer maintenant ? Pensez-vous seulement que vous pouvez être cohérent ? Probablement pas, alors pourquoi essayer ?… »

C’est drôle que la plupart d’entre nous laissent cette voix méchante dans nos têtes nous intimider alors que dans la vraie vie, la plupart d’entre nous ne laisseraient jamais les autres nous parler comme ça.

Qui resterait là et écouterait quelqu’un dire des choses horribles comme :

« Tu es débile! Et gros! Personne ne t’aimera jamais. Je ne sais même pas comment vous avez accompli le peu que vous avez. Cela a dû être un hasard.

Mais beaucoup de gens laissent ces pensées prendre le dessus sur le dialogue dans leur esprit et les contrôler. Le fait est que nous avons en réalité plus de contrôle sur ce dialogue que nous ne le pensons.

Que ce soit dans Salah, ou en priant régulièrement, ou même simplement notre propre image de soi, nous laissons cette voix – qu’elle soit Satan ou simplement notre propre dialogue interne – poussez-nous.

Comment l’arrêter ?

Mais pourquoi? Et comment pouvons-nous arrêter cette tendance à nous rabaisser avec des pensées mesquines et défaites dans la vie et dans deen?

La réponse est plus simple que beaucoup ne le pensent.

C’est comme se débarrasser d’une vigne rampante et étouffante ; ce dialogue négatif peut être repoussé. Chaque fois qu’une pensée négative surgit dans notre esprit, penser activement à quelque chose d’affirmant, de positif ou de constructif annulera le négatif.

Réécrivez le dialogue !

Cela ressemble à un non-sens d’auto-assistance trop simplifié. Devinez quoi? C’est le sombre dialogue qui vous dit d’arrêter avant de pouvoir réussir. C’est la voix de fille méchante que nous avons tous en nous, nous disant de ne même pas nous embêter parce que nous ne sommes pas assez forts pour faire un changement.

Rediriger les pensées négatives et autodestructrices prend du temps et de la pratique. Mais chaque fois que vous pensez que vous n’êtes pas assez, dites à cette pensée de vous asseoir et de la taire, car Allah (SWT) vous a fait assez.

Chaque fois que ce bavardage méchant dans votre esprit vous dit que vous ne pourrez jamais être cohérent dans la prière, alors pourquoi essayer, dites-lui de se perdre, car si Allah (SWT) l’a rendu obligatoire, cela signifie que vous en êtes capable.

Lorsque vous êtes en prière et que les pensées de la journée s’insinuent, même si elles ne sont pas négatives, c’est la même voix qui essaie de vous distraire de l’action qui affirme la vie que vous faites. Le remplacer. Pensez plutôt à ce que vous dites. Pensez à vous tenir devant Dieu. Et pensez à votre connexion avec Lui.

Je lutte toujours contre cette distraction interne pendant la prière et au-delà. Mais avec la pratique, c’est devenu plus facile. Je me suis permis de grandir en confiance et khushu’. Mais je sais aussi que c’est un combat de toute une vie.

C’est une sorte de jihad pour affirmer que, en tant que partie de la création d’Allah (SWT), nous avons tous été créés parfaitement comme nous le sommes, le succès étant inscrit dans notre ADN. Nous devons juste Hayya ‘ala-l-Falah— Dépêchez-vous de réussir.

(Extrait des archives de Discovering Islam)

A lire également