Est-il interdit de vomir pendant le ramadan ?

Comprendre le Ramadan, une période sacrée de spiritualité

Le mois sacré du Ramadan est un pilier central de l’Islam, observé avec ferveur et dévotion par des millions de musulmans à travers le monde. Du crépuscule à l’aube, on jeûne, ce qui signifie s’abstenir de manger, de boire, de fumer et d’engager des relations sexuelles. Mais qu’en est-il des autres activités humaines naturelles, comme vomir ? Cela affecte-t-il le jeûne ? Ce sujet considéré comme tabou, est souvent entouré de malentendus, il mérite donc un éclaircissement.

Le jeûne et la pureté du corps

Le jeûne est beaucoup plus que de simplement s’abstenir de manger ou de boire. C’est un acte de purification, tant spirituelle que physique. Le prophète Mohammed a indiqué que « le jeûne est une protection » – une façon pour les gens de se reconstituer spirituellement et physiquement. Dans cet élan, vomir, une activité corporelle non contrôlée, ne devrait donc en théorie pas affecter le jeûne.

Est-il interdit de vomir pendant le Ramadan ?

Selon les principaux érudits musulmans, non. Vomir involontairement n’a pas d’effet sur le jeûne. C’est considéré comme une fonction corporelle normale, hors de votre contrôle. Comme lorsqu’un corps réagit à une maladie ou une intolérance alimentaire. La foi islamique est sensiblement réaliste et prend en compte les exigences physiques du corps humain et reconnaît que la maladie est une partie naturelle de la vie.

Quand vomir risque de rompre le jeûne

Il y a néanmoins une exception à cette règle. Si une personne vomit de manière volontaire, elle rompt son jeûne. L’acte délibéré de se faire vomir est perçu comme une transgression des règles du jeûne. C’est ce qu’on appelle le « vomissement provoqué ». C’est là que les lignes deviennent un peu floues, car cet acte peut être interprété de différentes manières.

Si vous vomissez parce que vous vous sentez exceptionnellement malade et que vomir soulagera votre inconfort, cela peut être considéré comme justifiable dans certaines écoles de pensée islamique. Toutefois, si vous vous faites vomir parce que vous avez l’intention de manger ou de boire ensuite, cela est clairement considéré comme une infraction.

Le jugement final : Une question d’intention

L’islam étant une religion qui met l’accent sur l’intention et la sincérité de l’action, il n’est donc pas surprenant que la question de savoir si vomir rompt le jeûne ou non soit également déterminée en fonction de l’intention. Vomir involontairement n’a pas d’impact sur la légitimité de votre jeûne. Cependant, si le vomi est auto-induit dans l’intention de briser le jeûne, alors cela pourrait devenir un problème.

Ainsi, les musulmans qui vomissent pendant le Ramadan, que ce soit à cause de la maladie ou d’autres facteurs indépendants de leur volonté, peuvent se rassurer. Leur jeûne reste intact pour autant qu’ils n’essaient pas délibérément de se faire vomir pour rompre leur jeûne.

La tolérance de l’Islam envers les réalités naturelles du corps humain est une démonstration de sa profonde humanité. Les règles du jeûne du Ramadan, loin d’être arbitraires ou intransigeantes, sont plutôt conçues pour s’adapter aux besoins humains en tenant compte de la réalité changeante de la condition humaine.

A lire également