Comment faire la prière Tarawih ?

Un soir à la mosquée durant le Ramadan : La prière Tarawih en lumière

Il est tombé le soir durant le mois béni du Ramadan, l’atmosphère est saturée d’une tranquillité familière. Vous pouvez entendre le doux froissement des tapis de prière et les murmures harmonieux des chapelets. Une longue journée de jeûne est dans le rétroviseur, mais la mosque, vibrante et vivante, promet un autre rituel beau et lumineux : la prière Tarawih.

Déchiffrer le Tarawih : Comprendre le sens et le symbolisme

Le terme « Tarawih » est dérivé de l’arabe « Tarweeha » qui signifie « repos », allusion faite aux petites pauses qui sont prises entre chaque série de 4 Rakat (unité de prière). Illustre composante de l’adoration durant le Ramadan, cette prière spéciale nocturne est un moment très attendu pour les musulmans. Elle est un rappel du pouvoir de la prière et du lien entre l’individu et la transcendance divine.

Tarawih : Une pratique datant des temps prophétiques

La prière Tarawih a des racines profondes dans la tradition islamique. Elle a été établie par le prophète Muhammad pendant le Ramadan. Aujourd’hui, elle reste un symbole fort de la dévotion des musulmans durant ce mois sacré.

Les étapes de la prière Tarawih : De l’intention à la réalisation

Un tapis propre, un esprit clair et l’intention (Niyyah) de prier le Tarawih, voici les premières étapes. Au cœur de cette prière, il existe essentiellement 20 Rakat, généralement effectuées en 2 séries de 10, avec une pause entre chaque série de 4 Rakat pour le repos et la réflexion.

Chaque série de Rakat débute par le Takbeer (« Allahu Akbar »), suivie par la récitation de la Fatiha (le premier chapitre du Coran), puis un autre chapitre ou des versets du Coran. L’Imam, ou celui qui dirige la prière, mène les fidèles à travers les mouvements rituels de la prière – le Ruku (inclinaison), le Sujood (prostration), et la Qa’da (s’asseoir entre les deux prostrations), tout cela résonnant dans l’harmonie d’une danse spirituelle dans l’adoration de Dieu.

Le « Witr » : Le point culminant de la nuit

Après les unités de la prière Tarawih, vient la prière Witr, qui caractérise la fin de la nuit. Elle est généralement effectuée en faisant d’abord une Rakat, suivie par deux autres. C’est un moment de zenitude totale, où les mots du Du’a, ou invocations résonnent doucement dans l’écho de la nuit.

Tarawih à la maison : Une alternative en temps de crise

La récente pandémie de COVID-19 a conduit de nombreux musulmans à célébrer le Ramadan et à prier le Tarawih chez eux. Même si la communion de la prière en congégration manque, les règles restent les mêmes. L’esprit de dévotion et l’intention de se rapprocher de Dieu par cette prière unique restent inchangés.

La prière Tarawih est plus qu’un simple rituel, c’est une combinaison de foi, de dévotion et de tranquillité qui donne aux musulmans une occasion de se connecter trois fois plus profondément à leur Créateur. Et comme le dit si bien le prophète Mahomet : « Celui qui prie les nuits du Ramadan avec foi et espoir de récompense, tous ses péchés précédents lui seront pardonnés. »

A lire également