Garder l’esprit du Ramadan toute l’année

Garder l’esprit du Ramadan toute l’année

Basé sur un entretien avec le Dr Shabir Aly.

Dans cet épisode, nous parlerons du maintien de l'esprit du Ramadan.

Comment pouvons-nous maintenir l’esprit du Ramadan vivant une fois le mois écoulé ?

Et comment pouvons-nous garantir que nous continuons à nous rapprocher de Dieu tout en vaquant à nos occupations habituelles ?

J'ai à mes côtés le frère Shabir Ally, président du Centre d'information islamique, Toronto, Canada.

Hôte: Bienvenue dans « Laissons parler le Coran »

Dr Shabir : C'est avec plaisir que j'y participe.

Q : Maintenant, le Ramadan est terminé, nous allons au travail, à l'école… comment pouvons-nous maintenir ce que nous avons accompli pendant le Ramadan dans notre vie quotidienne ?

Dr Shabir : Nous devons revenir sur les grands principes qui ont régi nos activités pendant le mois de Ramadan. Nous étions animés par le désir d'être proches de Dieu et cela nous permettait de jeûner beaucoup, de prier la nuit et de lire beaucoup le Coran.

C’est donc ce principe qui devrait nous motiver maintenant dans nos relations avec les autres, dans notre équité, dans nos transactions, dans le respect de nos engagements envers les autres, etc.… Tout cela devrait être motivé par le même principe d’essayer d’être proche de Dieu. .

Q : Pendant le Ramadan, nous intensifions notre adoration et nous intensifions notre désir de nous rapprocher de Dieu. Que fait-on ensuite pour maintenir cette intensité ? Est-il même possible de maintenir cette intensité ?

Dr Shabir : Oui, c’est possible, et en même temps nous devons reconnaître que nous n’aurons évidemment pas la même fièvre de foi que celle que nous avons eue pendant la période de pointe qu’est le Ramadan.

Cette fièvre va certainement baisser un peu, mais il est possible de maintenir les leçons avec lesquelles nous sortons du Ramadan, et certaines des pratiques auxquelles nous étions habitués pendant le Ramadan peuvent en fait continuer avec nous même après le Ramadan.

Nous lisions donc beaucoup le Coran pendant le Ramadan, peut-être pas avec la même intensité, mais nous pouvons certainement lire régulièrement, disons, une page du Coran par jour. Certaines copies du Coran comptent environ 600 pages. Si l'on lit deux pages par jour, avec quelques jours à perdre, on aura terminé le livre en entier en un an. Ainsi, au prochain Ramadan, nous aurons le message du Coran vivant dans nos esprits parce que nous le lisons constamment.

Q : Je suppose que nous voulons nous assurer que nous nous améliorons au fil des jours et que nous ne nous contentons pas d'attendre le mois de Ramadan pour nous rapprocher de Dieu.

Dr Shabir : Exactement. Nous avons beaucoup jeûné pendant le Ramadan et il est également possible de jeûner après la fin du Ramadan mais en faisant des jeûnes volontaires, et non pas trente jours d'affilée mais quelques jours ici et là.

Q : Quels sont les jeûnes recommandés ?

Dr Shabir : Eh bien, six jours dans le mois qui suit immédiatement le mois de Ramadan, appelé Shawwal en arabe. Cela commence le jour de l'Aïd, mais le jour de l'Aïd (la fête) est un jour où il est interdit aux musulmans de jeûner, c'est un jour de fête sans jeûne ; mais six autres jours de ce mois sont recommandés pour le jeûne et il est même rapporté dans un dicton prophétique que si un musulman devait jeûner pendant le mois de Ramadan, puis six jours le mois suivant, alors il serait récompensé comme si il a jeûné continuellement tout au long de sa vie, et apparemment la raison en est que chaque acte est récompensé dix fois.

Ainsi, si l'on jeûne les trente jours du Ramadan plus six jours le mois suivant, multiplié par dix, lorsqu'il est récompensé dix fois, les récompenses s'avèrent être un plus grand nombre de jours que même l'année lunaire ne contient.

Q : Quel conseil donneriez-vous à quelqu'un qui ne remplit pas tous les devoirs d'un musulman et qui a commencé à le faire pendant le mois de Ramadan, que devrait-il faire après le Ramadan ?

Dr Shabir : Certainement continuer avec ces devoirs de musulman. Il se trouve que votre question est bien posée car il y a des musulmans qui ne priaient peut-être pas beaucoup mais c'était le mois de Ramadan, ils étaient dans les mosquées, et ils écoutaient le Coran… Bon, continuez ça après le Mois du Ramadan, il y a cinq prières pendant le Ramadan qui sont obligatoires pour les musulmans. Nous devrions donc maintenir ces cinq prières et elles ne sont pas difficiles à accomplir.

Vous priez avant d'aller travailler, vous faites une pause pour le déjeuner, vous priez pendant la pause, vous prenez une pause-café l'après-midi, vous priez encore, vous rentrez du travail, c'est un moment où vous rentrez à la maison, vous vous détendez avant de commencez à préparer le dîner ou peut-être après avoir préparé le dîner, selon la saison, vous priez à nouveau. Et enfin, avant de vous coucher le soir, vous faites des prières devant votre Seigneur, en le remerciant pour toutes les bonnes choses dont vous avez profité pendant la journée et en lui demandant ses bénédictions pour le nouveau jour qui approche et si Dieu le veut, nous pourrions en fait, nous décédons pendant la nuit, auquel cas la dernière chose que nous avons faite est une prière devant Dieu.

Cela est donc facilement réalisable et devrait continuer une fois le mois terminé.

Q : Pendant le Ramadan, nous sacrifions beaucoup de choses du monde, nous essayons de nous éloigner de nos besoins et de nos désirs. Comment éviter après le Ramadan d’être trop immergé dans le monde ?

Dr Shabir : C'est une question d'attitude. Pendant le Ramadan, nous avons appris à reconnaître que la vie dans l’au-delà est la partie la plus précieuse de notre existence, donc après le Ramadan cela ne devrait pas changer. Il ne faudrait pas que nous nous réorientions soudainement et accordions une importance maximale ou unique au monde physique dans lequel nous vivons actuellement.

Nous devons en fait garder nos priorités en ordre et équilibrer les deux : ce monde et la vie au-delà. Travaillez pour ce monde, certes, mais gardez également à l'esprit notre vie au-delà, sachant que c'est là que nous passerons l'éternité et que c'est ce que nous devons améliorer plutôt que la vie temporaire dont nous jouissons actuellement.

Q : Maintenant, nous avons beaucoup parlé d'adoration, mais pendant le Ramadan, nous prenons également conscience du fait que nous n'avons pas besoin de dormir autant, nous n'avons pas besoin de manger autant et de satisfaire d'autres désirs fondamentaux. Qu'en pensez-vous ?

Dr Shabir : Cette attitude devrait certainement perdurer après le mois de Ramadan, car nous constatons souvent que les gens sont motivés par le besoin de nourriture et simplement par le luxe de trop dormir, mais nous devons réguler notre temps ; le temps est précieux, nous dormons donc selon nos besoins, mais nous sommes également actifs, travaillons, étudions et faisons bon usage de nos heures d'éveil.

Manger est important, nourrir le corps est essentiel, mais en même temps il ne faut pas trop manger. Un rapport récent a montré que 34 % de la population américaine est obèse et que certaines personnes sont obèses morbides. Ce sont des statistiques terribles avec lesquelles travailler.

En jeûnant pendant le mois de Ramadan, nous apprenons que notre corps a besoin de nourriture, mais que nous pouvons survivre avec beaucoup moins que d'habitude, et nous réalisons alors que nous n'avons pas besoin de manger par instinct, mais simplement par un type d'alimentation impulsif. chaque fois que nous avons envie de manger. Non, vous mangez quand vous avez faim et vous pouvez arrêter de manger avant de commencer à vous nourrir pleinement.

Q : Il y a de bonnes habitudes que nous développons pendant le Ramadan. Vous avez mentionné le respect de l'heure ; nous régulons quand nous mangeons, quand nous arrêtons de manger, quand nous prions, quand nous arrêtons de prier… et d'autres choses comme la patience et l'honnêteté que nous développons pendant le Ramadan. Je suppose qu’il est important de les cultiver également pendant le reste de l’année ?

Dr Shabir : En fait, si nous n’avons pas cultivé ces choses pendant le reste de l’année, alors toute notre observation du Ramadan est discutable. Quel était alors l’avantage du Ramadan ? Si nous sommes sortis de l’école et que nous n’étions pas manifestement conscients des leçons qui y sont enseignées, alors quelque chose est vraiment discutable quant à notre présence même dans cette école.

Le Ramadan est comme une école. C'est censé nous former et nous sommes censés émerger en tant que diplômés avec les diplômes qui le prouvent, et les diplômes se manifesteront non pas sur un morceau de papier mais dans nos actions, dans la façon dont nous traitons les autres, dans la patience dont nous faisons preuve. face aux épreuves et aux difficultés… tout cela montrera que nous sommes sortis de l’école du Ramadan.

Q : Pensez-vous qu'il est important d'établir un plan pour établir une sorte de calendrier des choses que vous souhaitez réaliser au cours de l'année ou quelque chose comme ça ?

Dr Shabir : C'est toujours bien d'avoir un plan, de travailler sur ce plan et de le réviser si nécessaire, mais il faut avoir un plan. Sans plan, on peut avoir de grandes idées et de bonnes intentions, mais les choses ne se concrétisent pas.

Un récent sermon que j’ai entendu m’a beaucoup touché. Le sermonisateur disait que si l’on pensait : « Je vais lire quelques pages du Coran chaque jour ». Eh bien, c'est vague « tous les jours », mais quand dans la journée ?

À moins que vous ne l’ancrés à quelque chose, il flottera simplement et ne sera jamais terminé parce que le moment de le faire semblera toujours être quelque temps plus tard ; mais il faut l'ancrer à quelque chose et dire « ok, quand je me lève, avant de faire autre chose, je lis mes quelques pages » ou « tout de suite après avoir déposé mes enfants à l'école, c'est là que je lis mes quelques pages » et Parfois, nous pensons que nous ne pouvons pas le faire lorsque nous rentrons chez nous, mais lorsque nous rentrons chez nous, nous nous retrouvons renversés par d'autres choses.

Si vous constatez que cela arrive, vous vous dites « bon, quand je m'arrêterai sur le parking de l'école et là, je lirai mes quelques pages avant de quitter le parking de l'école pour ne pas me faire renverser avec autre chose ».

Cela devient donc votre plan et vous avez ancré ce dont vous aviez besoin avec quelque chose de concret et vous vous assurez maintenant que cela ne flotte pas, c'est une vague idée, avec l'espoir que nous l'obtenions.

Hôte: Merci pour ce frère Shabir.

Dr Shabir : Vous êtes les bienvenus.

A lire également