Justice sacrée... Leçons tirées de l'histoire du Prophète Musa (PSL)

Justice sacrée… Leçons tirées de l’histoire du Prophète Musa (PSL)

{Ô vous qui avez cru, soyez constamment droits avec équité (avec les autres), témoins d’Allah, même si c’est contre vous-mêmes ou (vos) parents et parents les plus proches. Dans le cas où (la personne) est riche ou pauvre, alors Allah est le Meilleur Patron pour les deux. Ne suivez donc jamais les préjugés, afin de faire justice ; et au cas où vous vous tordriez ou vous écarteriez, alors certainement Allah a toujours été Connaissant de tout ce que vous faites.} [A’Nisa: 135]

L’injustice que nous constatons aujourd’hui est accablante. Aucun endroit n’en est exempt. Internet et les médias sociaux nous permettent désormais d’être témoins des torts comme s’ils étaient sous nos yeux. Il est facile de se décourager. Commençons par nous éduquer sur la justice sacrée. Ce sont des leçons de l’histoire de Musa (la paix soit sur lui) racontée dans la sourate Al-Qasas.

Leçon #1 : L’oppression nécessite la division

{En effet, Pharaon s’est élevé dans le pays et a divisé son peuple en factions, opprimant un secteur parmi eux, massacrant leurs [newborn] fils et garder leurs femelles en vie. En effet, il faisait partie des corrupteurs.} (Al-Qasas : 4)

« Diviser pour régner » n’est pas seulement une expression fantaisiste pour diviser le travail. C’est une tactique que les historiens étudient depuis des siècles. Il a été utilisé pour coloniser avec succès des terres, il est utilisé dans les guerres et il a été utilisé dans la traite transatlantique des esclaves.

Ce verset n’explique pas seulement à quel point Pharaon était complice. Ce verset sert de rappel de la condition préalable à la domination complète d’un peuple. Si nous pouvons reconnaître ses symptômes tôt, nous avons l’avantage d’être du bon côté du combat.

Malheureusement, la nature insidieuse d’une telle division permet facilement aux gens d’ignorer et même de justifier l’injustice. Malcolm X a dit un jour « si vous ne faites pas attention, le journaux vous fera haïr les gens qui sont opprimés et aimer les gens qui oppriment.

Être divisé peut amener les gens à justifier quelque chose comme mettre des petits enfants dans des cages grises sans leurs parents. Et lorsque ces enfants disparaissent ou meurent, cela devient un « dommage collatéral ».

Leçon n°2 : Faire ce qu’il faut est parfois difficile

{Et le cœur de la mère de Moïse est devenu vide [of all else]. Elle était sur le point de divulguer [the matter concerning] lui n’avions pas lié son cœur pour qu’elle soit du nombre des croyants.} (Al-Qasas : 10)

Il est inconfortable de faire la bonne chose, surtout si vous êtes le seul à le faire. Même la mère de Musa, qui avait été assurée par Allah que Musa serait pris en charge, avait d’énormes difficultés avec sa tâche.

Faire ce qu’il faut est difficile, mais c’est droite. Dieu ne nous a pas promis la facilité dans la dounya. Il nous a ordonné de défendre la justice et a promis une récompense dans l’au-delà.

Alors conseillez votre ami même si vous avez peur de ce qu’il pourrait vous dire. Faites un don même si vous sentez que vous ne faites aucune différence. Renseignez-vous même si vous êtes le seul à le faire ! Si c’est pour l’amour d’Allah, cela rendra ce monde meilleur et le prochain encore meilleur !

Leçon n°3 : La justice exige de la patience

{Et il entra dans la ville à un moment d’inattention de ses habitants et y trouva deux hommes combattant: un de sa faction et un parmi son ennemi. Et celui de sa faction l’appela à l’aide contre celui de son ennemi, alors Moïse le frappa et [unintentionally] l’a tué. [Moses] dit: «Cela vient de l’œuvre de Satan. En effet, il est un ennemi manifeste et trompeur. Il a dit: « Mon Seigneur, en effet, je me suis fait du tort, alors pardonne-moi », et il lui a pardonné. En effet, Il est le Pardonneur, le Miséricordieux. (Al-Qasas 28 : 15-17)

La passion n’est pas la partie la plus importante de la justice. Patience et sagesse le sont.

Avant de décider d’une action, évaluez attentivement ce que vous êtes sur le point de dire et de faire. Ce n’est pas une action islamique de prendre parti sur une question sans comprendre les deux côtés. Des décisions hâtives motivées par une colère et des émotions incontrôlées n’aident pas une cause juste. Les conséquences peuvent être néfastes. Il faut donc faire preuve de prudence pour que Shaytan ne profite pas de votre hâte.

Dans ces versets, nous voyons l’extrême de ce qui peut arriver quand on prend une action précipitée et laisse libre cours à une colère extrême. Cela a conduit à la mort de quelqu’un et a finalement fait chasser Musa de la ville !

Agir de manière impulsive peut également conduire à prendre parti sans enquête appropriée. Il est extrêmement tentant de prendre parti car nous savons très bien qui dit la vérité. Mais l’exercice de la patience et de la sagesse est à des fins de sécurité ! Cela nous protège du péché si nous nous trompons. Je sais que j’ai personnellement sauté aux conclusions pour me tromper. Alors, j’ai péché parce que j’ai pensé mal ou accusé quelqu’un de quelque chose qu’il n’a pas fait. J’ai dû m’excuser honteusement et faire tawbah. Si j’avais d’abord posé des questions avant de prendre parti, je n’aurais pas suivi les traces de shaytan. Il a été conseillé aux juges des tribunaux islamiques de ne jamais rendre de jugement lorsqu’ils sont dans un état émotionnel. Qu’ils soient tristes, en colère ou même affamés. C’était pour les protéger d’être influencés involontairement à cause de leurs émotions.

Conclusion

Les humains ont abusé de leur libre arbitre pour faire des ravages sur cette terre. Mais Allah est le plus Juste. Il nous a donné les méthodes vers la justice dans cette dunya tout au long du َuran et de la sunna authentique. Un musulman se soumet à Dieu et maintient la justice « même si c’est contre vous-mêmes ou (vos) parents et parents les plus proches ». Et la justice parfaite viendra dans l’au-delà.


* Cet article provient des archives d’AboutIslam.net.

A lire également