Que dit le coran concernant Gog et Magog ?

Gog et Magog: Des Figures Dominantes dans l’Islam

Il existe dans le Coran, le livre saint de l’islam, des récits poignants et incomparables qui invoquent des figures comme celle de Gog et Magog. Ces deux noms, synonymes de mystère et de fascination, occupent une place de choix dans le paysage islamique. La curiosité de leurs existences et les prédictions liées à leur apparition en fin des temps suscitent mille et une interrogations.

Les Origines Énigmatiques de Gog et Magog

Dans la compréhension islamique, Gog et Magog, connus aussi comme « Yajuj » et « Majuj », sont décrits comme des peuples turbulents et chaotiques. Leur première évoquation se trouve dans le Coran, dans l’histoire du roi Dhul-Qarnayn, un grand souverain possédant une vaste domination. Le récit est détaillé dans la sourate Al-Kahf (la Caverne).

Dhul-Qarnayn fut confronté à ces peuples lors de ses voyages, où il rencontra des personnes impuissantes face à la cruauté et à la destruction causées par Gog et Magog. Les gens supplièrent Dhul-Qarnayn de construire une digue pour les protéger, et il répondit à leur appel, en érigeant un rempart devant le passage entre deux montagnes, enfermant ainsi Gog et Magog.

Gog et Magog: Une Menace Apocalyptique

Dans le Coran et d’autres traditions islamiques, Gog et Magog sont également associés à des réalisations apocalyptiques. Le Prophète Muhammad (que la paix soit sur lui) a rapporté dans plusieurs hadiths (récits et paroles du Prophète) que la libération de Gog et Magog est l’un des signes majeurs de la fin des temps.

Ils sont décrits comme sortant en grand nombre, comme une vague qui déferle, provoquant ravages et dévastations sur leur passage. La terre serait alors dans la tourmente à cause de leurs actes destructeurs.

La Digue de Dhul-Qarnayn et L’Apocalypse

Selon la sourate Al-Kahf, la digue bâtie par Dhul-Qarnayn est destinée à s’effondrer à l’approche de la fin des temps, libérant alors Gog et Magog. Elle est décrite comme étant faite de blocs de fer mélangé à du cuivre, une construction solide et imposante.

Lors de la libération de Gog et Magog, le Prophète Muhammad (que la paix soit sur lui) a décrit qu’ils se frayeraient un chemin à travers la digue, créant une ouverture par laquelle ils pourraient s’échapper. Leur sortie serait un signe avant-coureur du Jour du Jugement.

Contemplations Finales

Gog et Magog, donc, selon la tradition islamique et les enseignements coraniques, sont à la fois un souvenir d’une puissance royale juste et un avertissement apocalyptique. En dépit de leur description effrayante, le rappel de leur histoire sert également de remède pour l’âme, incitant à la contemplation sur la justice, le pouvoir, et l’inéluctabilité du destin final. Entourées de mystères, ces figures restent malgré tout des symboles puissants dans l’islam, mettant en lumière l’impermanence des choses terrestres et la nécessité constante de vigilance éthique et spirituelle.

A lire également