Il est rapporté par Al Muttaqi dans son “Kanzu-l-‘Ummâl” que lorsque ‘Amr Ibn Al’ Ass -RA- conquit l’Égypte en 642 sous le Califat de Omar Ibn Al Khattab -RA-, le patriarche Muqawqis -Cyrus de Phase- voulut acheter pour 70.000 dinars un flanc de la montagne Mouqattam – soit l’équivalent d’un peu plus de 10.400.000 US$. ‘Amr, commandant en charge de l’Egypte, fut surpris et écrivit à Omar qui lui répondit : “Demande lui pourquoi il t’a proposé un prix aussi important alors qu’elle n’est pas une terre agricole et qu’on ne peut en tirer ni eau, ni profit”. ‘Amr demanda alors à Muqawqis qui lui répondit : “Nous avons trouvé dans sa description donné par les Livres (sacrés, révélés avant l’Islam) qu’elle contient les plantes du paradis”. ‘Amr transmis cela à Omar qui répondit à son tour : “D’après nos connaissances, les plantes du Paradis ne reviennent qu’aux Croyants. Alors enterres-y les musulmans et ne lui vends pour rien”.

Ainsi, les musulmans de Fustat d’abord puis de Al Qahira par la suite prirent l’habitude d’enterrer leur mort sur ce flanc de la montagne Muqattam que l’on appelle al-qarâfa, et qui donna naissance la “Cité des morts” (pas mal le jeu de mot) du Caïre. C’est sur le rebord de la colline de Muqattam que fut édifié la citadelle par Salah-ed-din Al Ayyoubi, laquelle fut modernisé par les Ottomans.

Avec la mauvaise urbanisation de la ville, les gens les plus pauvres venus des campagnes ont été contraints de “cohabiter” avec les morts en construisant leur habitation dans le cimetière, favorisant des pratiques que l’islam répugne, alors que dans le même temps un grand nombre de savants qui ont marqué l’histoire de l’Islam y sont enterrés.

citadelle de Saladdin

citadelle de Saladdin

 

"la cité des Morts",une ville dans la ville

“la cité des Morts”,une ville construite sur un cimetière