La nouvelle génération de la famille ottomane

La descendance d’Osman Gazi a régné sur un territoire qui au fil des générations est devenu un empire, lequel réunit en son sein le pouvoir séculier, le Sultanat, et le pouvoir temporel, le Califat. En abolissant le Califat, le 3 mars 1924, les autorités républicaines de la naissante Turquie expulsent les membres de la famille qui régnait jusqu’alors et les déchoit de leur nationalité.

Ainsi, le 4 mars, avant la prière du matin,  le Calife fut conduit sous la menace des armes à la gare, où lui et les siens furent embarqués à bord de l’Orient Express à destination de la Suisse. Une enveloppe contenant 2.000 Livres Sterling fut remise à l’homme qui laissait derrière lui des palais entier de diamants, d’émeraudes et d’or. Le chef de gare conduisit rapidement le Calife et sa famille dans une petite demeure attenante à la gare pour les protéger du froid qui régnait sur le quai, en attendant le train qui allait les emmener vers un triste voyage. Pendant qu’ils buvaient un thé, le Calife le remercia pour son hospitalité.

Etant interdits de retourner en Turquie, la plupart vivent à l’exil où ils meurent loin des leurs. C’est ainsi qu’un grand nombre de princes et de princesses Ottomans sont enterré dans le cimetière musulman de Bobigny ou dans les carrés musulman de cimetières parisiens. Toutefois, la dynastie continue d’exister et en 2014, la famille impériale comptait 244 membres, dont certains ont les titres de Sehzade (prince impérial), Beyzade (prince), Sultane (princesse impériale) et Hanimsultane (princesse).

Ces dernières décennies, avec l’affaissement progressif du kémalisme, la famille impériale obtint le droit de retourner sur les terres de leurs ancêtres. Et, l’ancienne génération qui mourrait en exil laisse apparaître progressivement une autre, plus jeune, plus appréciée du peuple turc, et dont le pouvoir actuel veut aider à redorer le blason.

Découvrons ensemble quelques éléments de cette jeune génération de la famille impériale

Le prince ottoman Abdülhamid Kayıhan Osmanoğlu
Le prince ottoman Selim Suleyman Efendi
Le prince ottoman Orhan Murad Efendi

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’un d’eux, le prince Selim, a déclaré lors de l’enterrement de l’arrière-petite-fille du Sultan Abdülmecid à Paris en 2014: «J’aime beaucoup la Turquie d’Erdogan et celle de Gül, c’est le meilleur gouvernement depuis 1924. C’est la première fois que la République turque montre un peu d’affection et de gratitude pour la famille ottomane».

Nul ne sait s’ils remonteront un jour sur le trône, même de manière symbolique. Mais une chose est sûre, ils sont les héritiers de plusieurs siècles qui ont façonné le monde musulman, et même l’Europe.

 

À propos de Le Docteur

Le docteur est un universitaire, qui dans son parcours a été amené à fréquenter de nombreuses universités à travers le monde. Il a notamment été chargé de recherches et chercheur postdoctoral, après être passé par l'École des hautes études en sciences sociales (EHESS). Il est spécialisé dans l'historiographie, le monde byzantin et anatolien.

Leave a Reply