Les inscriptions Arabes de la cathédrale du Puy-en-Velay

La France et le l’Islam ont une histoire en commun au moins millénaire. De la wilâya de Narbonne à l’Emirat de la Montagne des Cymes (Fraxinet), en passant par les siècles de mouvements humains et de correspondances diplomatiques, cette histoire a laissé des traces. Parmi ces traces de l’Islam en France durant la période médiévale qui ont traversé le temps, nous est parvenue la porte de cèdre de la Cathédrale du Puy-en-Velay (Haute-Loire) et ses inscriptions en style Koufique.

Durant la période médiévale, le Puy-en-Velay n’est pas une ville comme les autres. Point de départ de plusieurs pèlerinages chrétiens, notamment celui pour Saint Jacques de Compostelle, c’est un lieu important dans l’Occident chrétien en relation avec l’Espagne encore islamique à cette époque, Al-Andalous. Le lieu est tellement emblématique, que c’est un jour d’assomption en 1095 que le pape Urbain II y annonce la première Croisade en y nommant l’évêque de la ville, Adhemar de Monteil, comme responsable.

Aussi, il allait de soit pour les autorités cléricales de bâtir pour la ville un édifice conséquent, dont la construction, entamée au XIe siècle, ne se termina qu’au XIIIe siècle.

La cathédrale en 1836, avant sa rénovation
La cathédrale en 1836, avant sa rénovation

Nul ne sait qui en fut l’architecte, mais nombre d’historiens de l’art contemporains ne peuvent s’empêcher de comparer l’édifice avec la Grande Mosquée de Cordoue dans son architecture : colonnades, arcs géminés,et tant d’autres éléments qui ont été développés dès le Xe siècle en Andalousie. Car à cette époque, les Omeyyades avaient construit dans leur capitale Cordoue la plus grande mosquée du monde après celle de la Mecque, dans laquelle de nombreux artisans se mirent à la tâche, et parmi eux de nombreux Mozarabes. Les Mozarabes, de l’arabe مستعرب, étaient au sein de l’Espagne les espagnols restés chrétiens mais arabisés du fait de la présence musulmane. De ce fait, ils parlaient arabe et étaient initiés à l’art islamique. Il est reconnu que de nombreux Mozarabes, durant la période d’Al-Andalus préférèrent s’installer dans les zones chrétiennes du Nord de la péninsule ibérique, là où justement se trouvaient des lieux de pèlerinage chrétien. On peut donc logiquement penser qu’un certains nombres d’entre eux, habiles artisans, ont été appelés à travailler en France par le clergé pour la construction des lieux de culte chrétiens.

Bien que personne ne saurait dire exactement qui l’a édifiée, un élément inédit nous indique qu’ils étaient arabophones, et ce point culminant qui vient définitivement valider cette thèse réside dans les inscriptions qui sont retrouvées sur la porte, laquelle porte des inscriptions de style koufique, une calligraphie utilisée par les Omeyyades à cette époque en Andalousie.

Itinéraire du pèlerinage à St Jacques de Compostelle, mettant en évidence le rôle central du Puy-en-Velay
Itinéraire du pèlerinage à St Jacques de Compostelle, mettant en évidence le rôle central du Puy-en-Velay

La seule divergence entre les historiens réside dans l’écriture en elle-même :  est-il écrit « ما شا الله », mâ shâ Allah, « Ce que Dieu a voulu » ou bien  « الملك لله », Al moulkou li-Llâh, la royauté est à Dieu. Parmi les éléments qui pourraient nous convaincre qu’il est écrit Mâ shâ Allah – ce que Dieu a voulu, il y a notamment le fait que Urbain II, lorsqu’il proclama la Croisade, s’est écrié « Dieu le veut ». Ceci expliquant cela, les inscriptions sur la porte en Cèdre avaient sans doute comme but d’immortaliser la Croisade.

La Porte de Cèdre, vue large
La Porte de Cèdre, vue large
détail de l'inscription Koufique
Détail de l’inscription Koufique, sur les côtés

 

comparaison de lecture
Comparaison de lecture

Une autre chose est sûre, c’est que ce caractère arabe koufique d’inspiration andalouse peut également être admiré à Kairouan, dans la mosquée… des Omeyyades. De l’avis des historiens de l’art, l’art Mozarabe a profondément influencé l’art Roman, qui apparait en France à cette époque. La Cathédrale du Puy-en-Velay est certes un cas rare avec son inscription Koufique, mais les cas architecturaux sont nombreux. Nous vous proposerons ici ultérieurement, in cha Allah, des exemples de monuments chrétiens bâtis en France selon une architecture islamique.

 

Sources :

À propos de Le Web Master

Historien & militant associatif. Parcours d'études en histoire comprenant notamment l'étude de l'histoire contemporaine (Le premier XXeme siècle ; de 1914 à 1945), de l'histoire culturelle (histoire des minorités au Moyen Age, histoire des femmes, histoire des intellectuels au moyen âge), de l'historiographie (historiographie gréco-romaine, histoire des mouvements historiographiques contemporains), l'histoire Moderne (L'Espagne au XVI-XVII siècle, les Ottomans, Des Lumières à la République), de l'histoire médiévale(Thématiques du Moyen Age en Occident : Economie, Religion, Urbanité, Pouvoir, Échiquier politique, etc), l'Histoire Romaine (De la période archaïque à la République, De la République au Principat, Les éléments du pouvoir impérial), de l'Histoire Grecque (Période classique Période hellénistique), de l'histoire de l'économie (Le premier XXe siècle 1900-1945 Le second XXe siècle 1945-2000), de l'histoire de l'art (l'évolution des arts de la Révolution à la la seconde guerre mondiale) ainsi que d'importantes études sur le monde musulman.

Leave a Reply