Ces génocides que la France ne veut pas reconnaître

Lors de son déplacement à Erevan (Arménie) à l’occasion des célébrations du centenaire du« génocide arménien », le plus mal aimé des présidents français de toute l’histoire de la Vème République a déclaré « la France ne fait pas de distinction entre les tragédies : elle reconnaît le génocide des Cambodgiens et celui des Tutsis ». Pas de distinctions ? Sauf quand ce sont les musulmans qui en font les frais.

Qu’est-ce qui différencie le génocide du massacre ? Avant tout, la notion de génocide est juridique. En effet c’est l’ONU, plus précisément un de ses juriste polonais, Raphael Lemkin, qui « invente » le génocide en 1948, en plein contexte du procès de Nuremberg où il s’agit de juger les criminels Nazis. Le génocide se définit donc comme étant l’extermination physique, intentionnelle, systématique et programmée d’un groupe ou d’une partie d’un groupe en raison de ses origines ethniques, religieuses ou sociales. Un génocide n’est donc pas un simple massacre de masse, il y a une volonté d’extermination ciblée, préétablie et systématique.

 

Raphael Lemkin, inventeur du concept de génocide
Raphael Lemkin, inventeur du concept de génocide

 

Ainsi donc, celui qui fait tout bas aux musulmans par l’intermédiaire de son espagnol de ministre ce que la droite fait tout haut a « omis » plusieurs faits qui répondent pourtant à la définition de génocide, et cela n’est pas coutume dans notre pays dits des Lumières.

 

Ainsi, le sort des musulmans de Centrafrique, ce pays inventé quand la France eût colonisé le dit territoire, n’est pas génocidaire. Évidemment, les musulmans qui sont exterminés de manière systématique pour leur appartenance religieuse ne représentent pas quelques millions d’individus. Seraient-ils différents des Tutsis ? Ils sont pourtant, à l’instar de ces millions de juifs qui ont fui l’Europe du Nazisme, des centaines de milliers de musulmans de Centrafrique à fuir le pays et une mort certaine. Pas de terre promise pour ces reclus à l’Exode quand ils ne sont pas victimes de cannibalisme, pas plus que de reconnaissance. Que manque-t-il aux musulmans de Centrafrique, génocidés pour leur appartenance religieuse, pour que leur situation soit prise en compte ?

 

Cette personne en train de mourir et dont le peuple meurt n'est ni juif ni arménien
Cette personne en train de mourir et dont le peuple meurt n’est ni juif ni arménien

 

Le sort des musulmans de Birmanie semble aussi ne pas inquiéter le pays des Lumières. Les Rohingyas, ethnie la plus persécutée selon l’ONU, y sont pourtant parqués dans des camps de concentrations dans des conditions plus qu’insalubres, tués quotidiennement et privés de leur droit. Les associations humanitaires n’ont même pas le droit de les rencontrer. Outre les camps de concentration, le régime birman a même opté pour une autre vieille technique nazie : la destitution de nationalité. Car quand on est apatride, on n’existe pas. Et quand on n’existe pas, on ne meurt pas, puisque pour mourir il faut avoir existé. Pas de nationalité, pas de génocide. Eux aussi ont beau tenter l’exode dans les pays voisins, rien n’y fait. Pour l’Occident, le million de Rohyngias dans les camps de concentration tué à petit feu n’est pas reconnu. Est-ce parce qu’il n’y a pas de chambre à gaz ?

 

Ce tas de cendre n'est pas le ghetto de Varsovie, c'est Meiktila surnommée "la Sebrenica birmane". Tant pis pour les Rohingyas...
Ce tas de cendre n’est pas le ghetto de Varsovie, c’est Meiktila surnommée « la Sebrenica birmane ». Tant pis pour les Rohingyas…

 

Le sort des sunnites exterminés au Moyen-Orient par l’axe rafido-alaouite Teheran-Damas, dans un contexte de guerre civile ne semble pas inquiéter outre mesure nos vierges effarouchées de politiciens garants de prétendues valeurs quand ce sont leurs semblables qui meurent. On invitera même le bourreau en chef en prime time au JT de 20h. Car ce sont bien quatre millions de déplacés et plus de 300.000 morts. Les témoignages des ONG sont tous plus effroyables les uns que les autres, la volonté des milices pro-Bachar ainsi que de l’armée de tuer tous les sunnites est de notoriété publique. Les brigands payés 2.000USD pour tuer dix sunnites, ces barils de TNT lancés à longueur de journée sur les quartiers résidentiels sunnites, l’emprisonnement systématiques des femmes sunnites pour qu’elles servent d’esclave sexuels, ne seraient donc pas si grave que ça… Pas de quoi mettre un «م»  sur son compte Twitter… Ces millions de personnes qui souffrent ne valent pas 500 Yezidis sur une colline ou 2.000 chrétiens de Mossoul, c’est l’histoire qui le retiendra.

 

Alors, au sein d’un gouvernement socialiste où la courbe du courage semble suivre celle de l’emploi, on cherche alors des valeurs dans le passé et on s’incline devant la reconnaissance du génocide arménien, demandant à la Turquie de le reconnaître alors que les mêmes donneurs de leçons n’arrivent pas à avouer leur faute en Algérie où ce sont plus de cinq millions de personnes qui moururent de 1830 à 1962. Et là, on ne pourra même pas dire que les chambres à gaz n’existaient pas car des tribus entières ont été anéanties avec le procédé de l’enfumade.

Ayons le courage d’user de notre liberté d’expression pour affirmer à ces Charlie d’un jour, menteur toujours que leur reconnaissance des faits est à géométrie variable, partiale et partielle, qu’elle suit des intérêts indignes. Quand la valeur d’un homme vaudra celle d’un homme, alors ils pourront prétendre à notre respect.

À propos de Le Web Master

Historien & militant associatif. Parcours d'études en histoire comprenant notamment l'étude de l'histoire contemporaine (Le premier XXeme siècle ; de 1914 à 1945), de l'histoire culturelle (histoire des minorités au Moyen Age, histoire des femmes, histoire des intellectuels au moyen âge), de l'historiographie (historiographie gréco-romaine, histoire des mouvements historiographiques contemporains), l'histoire Moderne (L'Espagne au XVI-XVII siècle, les Ottomans, Des Lumières à la République), de l'histoire médiévale(Thématiques du Moyen Age en Occident : Economie, Religion, Urbanité, Pouvoir, Échiquier politique, etc), l'Histoire Romaine (De la période archaïque à la République, De la République au Principat, Les éléments du pouvoir impérial), de l'Histoire Grecque (Période classique Période hellénistique), de l'histoire de l'économie (Le premier XXe siècle 1900-1945 Le second XXe siècle 1945-2000), de l'histoire de l'art (l'évolution des arts de la Révolution à la la seconde guerre mondiale) ainsi que d'importantes études sur le monde musulman.

Leave a Reply