L’actualité récente en Corse laisse apparaître une aversion d’une partie de la population corse envers leurs concitoyens d’origine maghrébine. Salles de prières incendiées, boucheries halal mitraillées, descente dans les quartiers populaires : l’île de Beauté est aujourd’hui traversée par une vague d’islamophobie sans précédent.

Il est vrai que tout au long de la période médiévale, les relations n’étaient pas toujours au beau fixe entre le monde musulman et la Corse. Pourtant, il y eu des périodes où les musulmans participèrent à l’édification du peuple corse, comme ces troupes mauresques qui accompagnèrent le très célèbre Samperu Corsu dans sa révolution contre les Gênois en 1553. L’île fut même un temps sous domination musulmane, comme le rappelle la présence d’un chateau des Maures (Castello dei Mauri, à Olmi-Capella) et d’autres toponymes locaux. Et il n’y a pas que les noms de lieux qui témoignent de la présence arabo-musulmane dans cette partie du globe. L’emblème de la Corse n’est-il pas une tête de Maure ? Enfin, il fut un temps dans l’histoire récente où le musulman était était apprécié sur l’île de Beauté, pas pour sa croyance, mais pour le bien qu’il apporta aux insulaires. Car peu s’en souviennent, mais dans le dernier conflit mondial ceux qui libérèrent le premier département français à l’automne 43 étaient tout bonnement des Goumiers marocains dépêchés par Sa Majesté le sultan Mohammed V du Maroc.

Seigneur, permettez que les durs guerriers de Bèrbèrie qui ont libéré nos foyers et apporté à nos enfants le réconfort de leur sourire se tiennent contre nous, épaule contre épaule, et qu’ils sachent, ô qu’ils sachent Seigneur combien nous les avons aimé.

Cette phrase est celle qui est gravée sur un monument érigé sur le col de Teghime, au Sud du cap Corse, en l’honneur de ces Goumiers qui tombèrent face aux forces nazis du 2 au 4 octobre 1943 pour libérer le peuple corse. Ce lieu emblématique où six mille guerriers berbères mirent en déroute les allemands de la 16e Panzergrenadier Division SS Reichsführer-SS.

Stèle du col de Teghime

Stèle du col de Teghime

Cimetière Saint Florent

Nécropole militaire de Saint Florent, où reposent les goumiers morts pour la Corse

 

Aujourd’hui, nous avons à déplorer que la promesse du peuple corse de se tenir épaule contre épaule n’est pas respectée par une partie de la population envers les enfants de ceux qui ont quitté leur pays pour libérer le leur, et pire qu’elle considère étrangère cette population.

Il serait dans l’intérêt de tous de reconsidérer son histoire en entretenant une mémoire commune, cela aiderait à la réconciliation et au respect.