Histoire insoupçonnée de la première grande mosquée de Zagreb

Lorsque l’on parle de grande Mosquée en Croatie, on pense tout de suite à la grande Mosquée de Zagreb édifiée dans les années 80 et en grande partie financée par un riche émir émirats, ou à celle financée par le Qatar à Rijeka. Mais la Croatie eut autrefois une grande Mosquée qui pouvait accueille 5.000 personnes, à Zagreb. 
C’est en 1912 que la question se pose, quand une partie de la classe politique d’Autriche-Hongrie milita pour cette Mosquée. À cette époque, les Ottomans reculent dans les Balkans et nombre de possessions musulmanes passent sous la coupe de l’Autriche-Hongrie. Il faut donc intégrer les populations musulmanes, mais la Première Guerre Mondiale ne permet pas au projet de vie le jour. 

En effet, cet épisode de l’histoire dissous l’Empire Autro-Hongrois, et un état nouveau voit le jour dans les Balkans, le Royaume des Serbes, des Croates et des Slovènes, qui devint dix ans plus tard la Yougoslavie. Le projet de Mosquée à Zagreb est relancée en mai 1922, quand le mufti de Zagreb, un certain Ismet Efendi, adresse une lettre au maire de la ville accompagnée d’une pétition diligentée par le chef des savants Džemaludin Efendi Čaušević demandant aux autorités de leur allouer un bâtiment pour célébrer le culte Musulman. 
En 1938, une grande campagne de dons est lancée pour financer le projet par l’assemblée des Musulmans croates, le Zagreb Majlis, et en 1940, le conseil municipal se décide à octroyer un lieu en même temps qu’il s’emploie à trouver un architecte ainsi qu’un peintre décorateur Musulman, un certain Omer Mujadžić.
La seconde guerre mondiale vient perturber le projet, maus en l’accélérant. Le Royaume de Yougoslavie est occupé et les Croates proclament un État indépendant en 1941. Les nouvelles autorités Croates, alliées au régime allemand, accélèrent le projet, sans doute avec l’aide du mufti de Jérusalem. Ainsi la même année, elles décident de convertir un bâtiment des Beaux-arts construit par un disciple de Rodin en Mosquée.
Deux architectes sont chargés de cette transformation, l’un d’eux fut Zvonimir Požgaj, missionné depuis 1938 sur le projet. Trois minarets en béton armé de 45 mètres de hauteur sont adjoints à l’édifice ainsi qu’une fontaine extérieure, tandis que les murs intérieurs sont recouverts de marbre vert italien orné de motifs croates anciens et de calligraphies arabes, conçues par Muhamed Mujagić, un calligraphe de Sarajevo. A l’intérieur, un dôme est installé pour aérer l’espace et accueille un lustre d’une tonne, lequel éclaire un mihrab et un minbar de grande proportion, alors que le plancher est recouvert de quarante tapis d’Ispahan. Une bibliothèque est également construite à l’étage. 

Différentes vues de la Mosquée de Zagreb, 1944

Terminée en 1943, la mosquée est inaugurée en août 1944. Entre 1945 et 1948, elle accueille 3 et 5.000 fidèles le vendredi, la plupart étant des militaires. 
Cette dynamique fut de courte durée. L’effondrement du régime nazi accompagne celui de l’État Croate indépendant. Un nouvel État nait dans la région, la république de Yougoslavie, dirigée d’une main de fer par un régime communiste. En avril 1948, les autorités yougoslaves s’en prennent à la mosquée. Celle-ci est fermée, vidée de ses éléments à caractère islamique, et les minarets sont détruits. Quelques éléments parviennent à être néanmoins sauvés. Dépossédée de son identité, la mosquée est transformée par le régime du maréchal Tito en « musée de la libération du peuple ». 
En 1991, la Croatie 🇭🇷 accède à l’indépendance et prend Zagreb comme capitale. Une fois le conflit des Balkans terminé, les nouvelles autorités décident de transformer le bâtiment. Situé sur l’une des plus belles places de la ville, le musée soviétique laisse place à une institution dédiée à l’art, le Hrvatsko Društvo Likovnih Umjetnik, la maison des artistes plasticiens Croates. 

L’ancienne Mosquée convertir en maison d’artistes

En 2002, le mihrab est redécouvert lors de travaux. Il repose, lui et les restes de la première mosquée ayant échappés à la démolition de 1948, au centre Islamique de Zagreb.  Quand à la maison des artistes, les Croates l’appelent encore « la mosquée ».

Restes de la première mosquée exposés au centre islamique de Zagreb
Sources :

– Yearbook of muslims in Europe, Tome1 

– Religion in Eastern Europe, volume 18

– centre islamique de Zagreb 

À propos de Le Web Master

Historien & militant associatif. Parcours d'études en histoire comprenant notamment l'étude de l'histoire contemporaine (Le premier XXeme siècle ; de 1914 à 1945), de l'histoire culturelle (histoire des minorités au Moyen Age, histoire des femmes, histoire des intellectuels au moyen âge), de l'historiographie (historiographie gréco-romaine, histoire des mouvements historiographiques contemporains), l'histoire Moderne (L'Espagne au XVI-XVII siècle, les Ottomans, Des Lumières à la République), de l'histoire médiévale(Thématiques du Moyen Age en Occident : Economie, Religion, Urbanité, Pouvoir, Échiquier politique, etc), l'Histoire Romaine (De la période archaïque à la République, De la République au Principat, Les éléments du pouvoir impérial), de l'Histoire Grecque (Période classique Période hellénistique), de l'histoire de l'économie (Le premier XXe siècle 1900-1945 Le second XXe siècle 1945-2000), de l'histoire de l'art (l'évolution des arts de la Révolution à la la seconde guerre mondiale) ainsi que d'importantes études sur le monde musulman.

Leave a Reply