Le pyxide au nom d’Ismaïl 

Parmi les trésors du patrimoine islamique présent en France, il en est un unique, tant par sa nature que par sa rareté, la boite précieuse d’un gouverneur andalous, connu en France sous le nom de pixyde au nom d’Ismail, aujourd’hui exposée dans la salle du trésor de la cathédrale de Narbonne.

Pyxide d’Ismail, conserver dans la salle du trésor de la cathédrale de Narbonne
Cette boîte précieuse est un pyxide, nom donné aux vases cylindriques à fond plat dépourvus d’anses. Elle fut réalisée dans un seul bloc d’ivoire sculpté, et laisse apparaître des inscriptions de style coufique dont voici la transcription : 

Bénédiction d’Allah, fait dans la ville de Qūnkah (Cuenca) pour le Hājib (gouverneur), Qaïd des Qaïds, Ismāïl

Comme le montre ces inscriptions, le pixyde est au nom d’un certain Ismaïl qui occupait alors la fonction de Hājib, gouverneur au sein du Califat Omeyade de Cordoue. Surnommé qāïd al-quwād, littéralement caïd des caïds, l’Ismaïl en question n’était pas qu’un simple gouverneur mais plutôt un personnage de première importance à cette époque. En effet, il s’agit d’az-Zāfir billah Ismāïl ibn Di-n-nūn, également appelé Ismaïl Zafir, issu du puissant clan berbère des banī Di-n-nūn, qui s’était installé dans le Qurā de Shantabariyya, l’antique Celtibérie, après avoir quitté la Libye (d’autres versions indiquent toutefois qu’ils sont arabes de souche Kindah, originaires du Nejd). Membre de la Confédération des Hawwara, son clan s’était progressivement renforcé durant le dixième siècle, notamment sous le règne d’al-Mansūr, lui permettant de conserver un rôle de premier ordre dans le Califat, ce qui explique la nomination d’Ismāïl au poste de Hājib, gouverneur (le Hājib est le « voile » entre le Calife et le peuple). 

Détail du pyxide d’Ismaïl

L’analyse stylistique des motifs végétaux du pyxide faits de rinceaux, fleurons, et feuilles en demi-palmettes permet d’attribuer la fabrication de ce coffret en ivoire à l’atelier de Mohammed Ibn Zayyan.  Situé dans la ville de Cuenca, cet atelier était une référence en matière d’art Omeyade et de raffinement, et nombre des œuvres qu’il réalisa sont aujourd’hui réparties dans différents musées, notamment celui de Burgos en Espagne.  Cuenca, Qūnkah pour les Musulmans andalous, était située au cœur du territoire des Banī di-n-Nūn, leur point d’installation où ils élevèrent une forteresse. 
Il ressort également que cet objet magnifique fut fabriqué entre 1026 et 1031, soit dans les dernières heures du califat Omeyade. C’est en effet en 1026 que Ismaïl prit ses fonctions de gouverneur, fonction qu’il ne quitta qu’en 1031, lorsque le Califat Omeyade prit fin. Commença une période de division où les musulmans se dispersèrent en plusieurs royaumes, les taïfa. Durant cette période, Ismaïl devint le Qaïd de Tolède, Tuleytla. 

Taïfa de Tolède, Tuleytla en arabe
  
L’histoire ne nous dit pas comment ce pyxide s’est retrouvé dans la cathédrale de Narbonne, bien que plusieurs hypothèses sont avancées. En tout état de cause, l’œuvre peut être visitée. Il vous suffit pour cela D’acheter un ticket à l’accueil de l’ancien palais épiscopal et de vous rendre dans la salle du Trésor de la cathédrale Saint Just.  Cela vous coûtera 4€.

À propos de Le Web Master

Historien & militant associatif. Parcours d'études en histoire comprenant notamment l'étude de l'histoire contemporaine (Le premier XXeme siècle ; de 1914 à 1945), de l'histoire culturelle (histoire des minorités au Moyen Age, histoire des femmes, histoire des intellectuels au moyen âge), de l'historiographie (historiographie gréco-romaine, histoire des mouvements historiographiques contemporains), l'histoire Moderne (L'Espagne au XVI-XVII siècle, les Ottomans, Des Lumières à la République), de l'histoire médiévale(Thématiques du Moyen Age en Occident : Economie, Religion, Urbanité, Pouvoir, Échiquier politique, etc), l'Histoire Romaine (De la période archaïque à la République, De la République au Principat, Les éléments du pouvoir impérial), de l'Histoire Grecque (Période classique Période hellénistique), de l'histoire de l'économie (Le premier XXe siècle 1900-1945 Le second XXe siècle 1945-2000), de l'histoire de l'art (l'évolution des arts de la Révolution à la la seconde guerre mondiale) ainsi que d'importantes études sur le monde musulman.

Leave a Reply