Le 29 juin 1236, la chute de Cordoue

Le 29 juin 1236, les troupes de Ferdinand III de Castille pénètrent dans la ville de Cordoue, expulsent les musulmans et font de la Grande Mosquée une Église.

Ancienne capitale des Omeyyades qui y régnèrent de 756 à 1031, celle qui reste appelée Qurtuba par les arabes est le symbole de l’apogée de la civilisation islamique. Peuplée d’un demi-million d’âmes, elle était la plus grande cité de son époque où savants et dévots rythmaient la vie de ses 600 Mosquées, complétant de leurs savoirs la bibliothèque de la ville qui compta jusqu’à 400.000 ouvrages. Une ville où les autorités tant religieuses que politiques ont érigé en modèle que seul Baghdad pouvait égaler, au point où huit siècles après sa chute, l’ancienne Mosquée demeure le bâtiment incontournable de la ville. 

Colonnade à l’intérieur de la Grande Mosquée de Cordoue
Hélas, Cordoue est également le symbole des luttes intestines de pouvoirs qui caractérisent cette période, ces querelles incessantes qui affaiblirent le pouvoir Omeyyades jusqu’à l’éclater totalement en 1031. Commence alors l’époque des Tawāif, où Cordoue n’est plus que la capitale d’un État sur les 23 autres que compte l’Espagne musulmane et où elle entame une période de déclin. Les princes chrétiens du Nord, bien décidés à bouter les Musulmans en profitent pour prendre de larges territoire, parfois avec l’aide de princes « Musulmans » qui déchantent aussitôt. L’hécatombe est stoppée par les berbères venus d’Afrique, almoravides d’abord et almohades ensuite, ces grands empires des deux-rives. Néanmoins, la défaites des Muwāhidūn  à Las Navas de Tolosa en 1212 précipite la reconquête catholique, et après plusieurs années de harcèlement la ville est prise le 29 juin 1236. La symbolique est trop forte pour passer inaperçu, Ferdinand est érigé en saint. En 1671, il est même canonisé par le pape Clément X. 
Le roi Ferdinand III de Castille
La Mosquée est transformée en Église qui devient à son tour cathédrale, les Musulmans sont chassés. Un jeune potier de 22 ans qui répond au nom de Mohammed, étudiant à l’université de Cordoue, fuit avec sa famille en direction de l’Egypte où il continua ses études. Ayant perdu son père suite aux incursions chrétiennes quelques années plus tôt et témoin direct de la chute de l’ancienne capitale omeyyade, il établit un lien direct entre l’affaiblissement des Musulmans et l’absence d’un Califat. Se faisant militant de la cause du Califat, celui que tout le monde appela désormais al-Qurtubī sera alors le premier à immortaliser dans ses écrits l’obligation du rétablissement du Califat. Un thème d’actualité. 

À propos de Le Web Master

Historien & militant associatif. Parcours d'études en histoire comprenant notamment l'étude de l'histoire contemporaine (Le premier XXeme siècle ; de 1914 à 1945), de l'histoire culturelle (histoire des minorités au Moyen Age, histoire des femmes, histoire des intellectuels au moyen âge), de l'historiographie (historiographie gréco-romaine, histoire des mouvements historiographiques contemporains), l'histoire Moderne (L'Espagne au XVI-XVII siècle, les Ottomans, Des Lumières à la République), de l'histoire médiévale(Thématiques du Moyen Age en Occident : Economie, Religion, Urbanité, Pouvoir, Échiquier politique, etc), l'Histoire Romaine (De la période archaïque à la République, De la République au Principat, Les éléments du pouvoir impérial), de l'Histoire Grecque (Période classique Période hellénistique), de l'histoire de l'économie (Le premier XXe siècle 1900-1945 Le second XXe siècle 1945-2000), de l'histoire de l'art (l'évolution des arts de la Révolution à la la seconde guerre mondiale) ainsi que d'importantes études sur le monde musulman.

Leave a Reply