L’Islam, l’épée et l’église de Aïn at-Tamr

Une légende tenace en Occident fait le relais du mythe d’une propagation de l’Islam à travers le monde par l’épée. Qu’en est-il vraiment ? 
Suite au décès du Prophète صلى الله عليه و سلم, nombre de tribus arabes refusèrent de payer l’impôt légal et par ainsi de reconnaître l’autorité d’Abu Bakr As-siddīq. Ce dernier dut se lancer dans une campagne contre les insurgés mais également contre l’adversaire du Prophète صلى الله عليه و سلم Musaylima Al-Kaddāb. Cela poussa les musulmans à s’avancer au Nord-Est de la péninsule Arabique, dans la zone d’influence des perses Sassanides qui avaient explicitement menacé l’Etat des musulmans, notamment par l’envoi d’assassins chargés de tuer le Prophète à Madinah.
Ainsi, pour prévenir les éventuelles incursions perses, le général invaincu Khalid Ibn Al-Walīd, en charge des campagnes militaires sous Abū Bakr, pris l’initiative d’occuper la région d’Al-Anbar. Lors de cette opération, les troupes de Khālid furent amenées à combattre les perses Sassanides à Aïn at-Tamr où ils trouvèrent sur place une église. Cette église, c’est kanīsa Al-Aqaïsar, l’église des Césars, une des plus anciennes églises du Moyen-Orient qui fut un centre de diffusion du christianisme en Irak et dans la péninsule arabique. Il s’y trouvaient trois jeunes qui étudiaient l’Evangile et répandaient le christianisme qui s’appelaient Sīrīn, Yasār et Nuçaïr. 

Kanīsa Al-Aqaïsar, l’église des Césars à Aïn at-Tamr, une des plus anciennes églises du Moyen-Orient, préservée par Khālid ibn al-walīd
Conformément aux prescriptions de l’Islam et contrairement aux thèses voulant d’écrire l’Islam comme intolérant et violent, aucun mal ne leur fut fait et on leur exposa l’islam. Ainsi, les trois rentrèrent dans l’Islam. 
Sīrīn eut un fils qu’il appela Mohammed, lequel devint un des plus célèbres imams de la génération des Suivants, Ibn Sīrīn le jurisconsulte spécialiste de l’interprétation des rêves. 
Yasār eut un fils qui s’appela Ishāq, lequel eut un fils connu sous le nom de Abū Mohammed ibn Ishāq ibn Yasār, lequel fut un grand historien spécialisé dans la vie du Prophète, auteur du très apprécié Sira de Ibn Ishāq.
Quand à Nuçaïr, son fils Mūsā devint gouverneur au Maghreb sous les Omeyyades, et c’est sous son commandement que l’Espagne devint Al Andalus, accompagné de son subordonné Tāriq ibn Ziyād.
Donc contrairement à l’image qui en est dépeinte en Occident, les premiers conquérants de l’Islam n’étaient pas de féroces barbares poussés par l’appât du butin dévastant tout sur le passage et qui ont propagé l’Islam par l’épée, loin s’en faut. Ils furent des gens pieux qui répandirent l’Islam par leur comportement et par la prédication.
Si les détachements musulmans furent armés, ils l’étaient par pragmatisme. Les premières expéditions de prédication étant non armées, l’une d’elle fut décimée dans son intégralité, ce qui contraigna les musulmans à s’armer lors des successives. De plus, les empires perse et romain s’étant mis d’accord sur le fait d’éliminer l’Islam et les musulmans, il faut être sorti tout droit du monde des Bisounours pour penser que ceux-ci n’auraient pas dû se prémunir.
Une décennie plus tard, l’injuste et oppresseur empire perse fut rayé de la carte et, quelques années après, la région devint le centre incontournable du monde musulman quand à Al-Kūfa, Al-Basra et Baghdād se développèrent les savoirs qui allaient devenir source d’inspiration du monde entier. 
Aujourd’hui, Aïn at-Tamr est un district de la province de Kerbala, dans un pays inventé en 1920 tracé à la règle une après-midi, qui vit à l’heure des « joies de la démocratie », laquelle s’invita par un embargo, deux invasions, et une guerre civile, le tout causant la mort d’1,5 millions d’irakiens et déclenchant l’exil de la minorité chrétienne. 
Mais toutes les civilisations ne se valent pas, comme dirait l’autre.

À propos de Le Web Master

Historien & militant associatif. Parcours d'études en histoire comprenant notamment l'étude de l'histoire contemporaine (Le premier XXeme siècle ; de 1914 à 1945), de l'histoire culturelle (histoire des minorités au Moyen Age, histoire des femmes, histoire des intellectuels au moyen âge), de l'historiographie (historiographie gréco-romaine, histoire des mouvements historiographiques contemporains), l'histoire Moderne (L'Espagne au XVI-XVII siècle, les Ottomans, Des Lumières à la République), de l'histoire médiévale(Thématiques du Moyen Age en Occident : Economie, Religion, Urbanité, Pouvoir, Échiquier politique, etc), l'Histoire Romaine (De la période archaïque à la République, De la République au Principat, Les éléments du pouvoir impérial), de l'Histoire Grecque (Période classique Période hellénistique), de l'histoire de l'économie (Le premier XXe siècle 1900-1945 Le second XXe siècle 1945-2000), de l'histoire de l'art (l'évolution des arts de la Révolution à la la seconde guerre mondiale) ainsi que d'importantes études sur le monde musulman.

Leave a Reply