Circulation des monnaies islamiques en France au Moyen-Age 

Dans l’imaginaire collectif, la période médiévale est un clivage entre le monde musulman d’une part et l’Occident chrétien d’autre part. 
Selon cette légende qui alimente les fantasmes des plus réticents à la présence de l’Islam en Europe, ce clivage qui dessinerait les contours d’un affrontement inéluctable eut été politique, culturel et économique.
S’il est facile de balayer l’argument politique et culturel tant les traités et échanges diplomatiques abondent entre Orient et Occident, et tant la Renaissance du XIIe siècle en Europe bien connue des médiévistes est inspirée du débat d’idée qui prit place dans les universités du monde islamique, l’argument économique paraissait moins évident à réfuter. 
Cependant, les trouvailles faites sur le territoire français ces cinquante dernières années nous montrent comment les relations économiques entre le monde Islamique et l’Occident chrétien étaient au beau fixe. Les dizaines de dinar, dirham et autres foulous frappés à différentes périodes mis au jour nous montrent qu’au delà de la circulation des idées et des savoirs, il y avait également une circulation économique.

A partir du recensement de l’historien Jean Duplessy, auteur de « La circulation des monnaies arabes en Europe Occidentale du VIIIe au XIIIe siècle », et des fouilles archéologiques récentes, on peut faire l’inventaire suivant : 
– 2 dinars d’or (97 et 155 AH)3, 2 dirhams d’argent (145 et 155 AH ) retrouvés à Ruscino ;

– 1 fals de bronze, ainsi qu’un dirham retrouvés à Lagrasse (191 AH) ;

– 1 dirham frappé à al-Andalus en 195 AH (811-812) et 5 fulus, retrouvés à Ruscino ;

– 1 dirham frappé à Taymara (Iran) en 95 AH (714), découvert à Bizanet près de Narbonne ;

– 1 dirham frappé à Istakhr (Iran) en 96 AH (715), découvert à Crèze, près de Carcassonne ;

– 1 dirham frappé à al-Andalus en 176 AH (793), découvert à Marseillette ;

– 1 « pièce de bronze à légendes bilingues arabes et latines » frappée en Afrique du Nord en 97AH (715-716), découverte à Douzens, entre Narbonne et Carcassonne ; 

– des fulus trouvés «dans le sous-sol de Narbonne » ;

– 1 fals découvert à Villelongue-dels-Monts, dans le massif des Albères ;

– au moins 13 fulus découverts ces dernières années à Narbonne ou dans les alentours, dont 8 découverts ensemble sur un probable site gallo-romain ;

– 1 fals découvert dans l’Hérault ;

Cartes réalisées par Marc Parvérie et issues de sa recherche  » La circulation des monnaies arabes en Aquitaine et Septimanie VIIIe-IXe s. »
Mettant en évidence deux courants de circulation bien distincts, avec un axe Andalus/Acquitaine et un axe Méditerranée/Mer du Nord, ces trouvailles viennent s’ajouter aux dizaines de découvertes similaires en Europe, notamment aux plus de 80 pièces découvertes dans le grand Ouest français depuis 1837, lesquelles témoignent d’un axe atlantique
Carte des trouvailles de monnaies islamiques dans le grand ouest français
La France était donc un carrefour commercial entre le Monde islamique d’une part et la Mer du Nord d’autre part. Ce rôle fut confirmé par la mise en place des foires de Champagne au XIIe siècle, durant lesquelles les marchandises en provenance principalement de Flandres et de Méditerranée sont échangées. 

Carte des trouvailles de monnaies islamiques en Europe occidentale, hors Andalus et Italie méridionale

Un phénomène tellement important au regard de l’archéologie que nous ne pouvions pas étouffer ce fait de l’histoire. 
Sources : 

– Jean Duplessy, « La circulation des monnaies arabes en Europe occidentale du VIIIe au xiiie siècle », Revue numismatique, 5e série, XVIII, Paris, 1956.

– Marc Parvérie, «la circulation des monnaies arabes en Acquitaine et en Septimanie, VIIIe-IXe s»

– François Clément, «Les monnaies arabes et à caractère Arabe trouvées dans le Grand Ouest », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, 2008

– Christophe Picard, «L’océan Atlantique musulman. De la conquête arabe à l’époque almohade. Navigation et mise en valeur des côtes d’al-Andalus et du Maghreb occidental (Portugal-Espagne-Maroc)», Paris, 1997, p. 397-398.

À propos de Le Web Master

Historien & militant associatif. Parcours d'études en histoire comprenant notamment l'étude de l'histoire contemporaine (Le premier XXeme siècle ; de 1914 à 1945), de l'histoire culturelle (histoire des minorités au Moyen Age, histoire des femmes, histoire des intellectuels au moyen âge), de l'historiographie (historiographie gréco-romaine, histoire des mouvements historiographiques contemporains), l'histoire Moderne (L'Espagne au XVI-XVII siècle, les Ottomans, Des Lumières à la République), de l'histoire médiévale(Thématiques du Moyen Age en Occident : Economie, Religion, Urbanité, Pouvoir, Échiquier politique, etc), l'Histoire Romaine (De la période archaïque à la République, De la République au Principat, Les éléments du pouvoir impérial), de l'Histoire Grecque (Période classique Période hellénistique), de l'histoire de l'économie (Le premier XXe siècle 1900-1945 Le second XXe siècle 1945-2000), de l'histoire de l'art (l'évolution des arts de la Révolution à la la seconde guerre mondiale) ainsi que d'importantes études sur le monde musulman.

Leave a Reply