Le poème des Musulmans Andalous au Sultan Bayazid II

Lorsqu’en 1492 le dernier Royaume d’Espagne fut conquis par les Espagnols, nombre de musulmans quittèrent l’Espagne pour le Maghreb, avec l’aide de navigateurs ottomans notamment, comme un certain Baba Arrudj plus connu sous son nom de scène « Barberousse ». Cependant, nombre de musulmans restèrent en Andalousie où le droit de pratiquer la religion, hérité de la tradition de Convivancia, était admis. Or, la terrible Inquisition espagnole menée par le Cardinal Cisneros ne tarda pas à frapper, et les musulmans ne tardèrent pas à souffrir de nombreuses exactions. Dans ce contexte d’oppression, les musulmans se tournèrent vers les Ottomans.

Aussi, l’historien Al Maccari nous relate dans son ouvrage « Azhâru-r-Riyâdh fî Akhâr ‘Iyadh » cette lettre, écrite sous forme de poème, adressée par les musulmans souffrants à la Porte Sublime. Datée selon les historiens entre 1501 et 1502, elle relate l’agression des autorités espagnoles, leur transgression du pacte, et met en relief différents faits historiques notoires survenus à cette période, comme l’autodafé des livres musulmans de Grenade en 1499, la visite diplomatique des Mamelouk et les massacres de Huejar.

 

Qu’une paix noble, durable et toujours renouvelée, soit sur le meilleur des califes.

Que la paix soit sur celui dont Allah a élargi le règne avec la victoire sur toutes les régions.

Que la paix soit avec celui qui a sa capitale dans la noble ville de Constantinople.

Que la paix soit sur celui dont Allah a orné le royaume sous les Turcs d’armées et de peuples.

Que la paix soit avec toi! Puisse Allah exalter ton rang et te faire dominer sur toutes les nations.

Que la paix soit avec le juge, avec qui il est comme lui parmi les sages, noble et grand.

Que la paix soit avec les sages parmi les hommes pieux, ceux de la religion, et des administrateurs.

Que la paix soit avec toi, au nom des esclaves qui sont restés dans al-Andalus, dans l’Ouest, la terre d’exil, près de la mer des Roms et d’un insondable océan, profond et sombre.

Que la paix soit avec toi, au nom d’un esclave affligé d’une énorme calamité, hélas, et elle est énorme!

Que la paix soit avec toi, au nom des vieillards dont les cheveux blancs tombent en lambeaux, après avoir connu la gloire.

Que la paix soit avec toi, au nom des forcés à se découvrir au sein des barbares après avoir eu le visage voilé.

Que la paix soit avec toi, au nom des jeunes filles que le prêtre traîne par les cheveux au lit du déshonneur.

Que la paix soit sur toi, au nom des contraints à manger le porc et la viande non abattue selon le rituel.

Nous avons tous embrassé le sol de ta Cour et invoquons bien sur vous en tout temps.

Puisse Allah prolonger ton règne et préserver ta vie de tout le mal et le malheur, et te soutenir avec la victoire et triompher de l’ennemi.

Nous nous sommes plaints à toi, mon Seigneur, d’une blessure, du malheur, et l’énorme calamité qui nous afflige.

Nous avons été trahis et converti au christianisme, rompant avec les autres notre religion; Nous avons été opprimés avec déshonneur.

Nous tous dans la religion du Prophète Mohammed avons combattu les gouverneurs de la croix avec notre intention intérieure, dans le grave danger d’être tués ou capturés, et souffrant de la faim et de soif.

Mais les chrétiens nous ont attaqués partout, comme un vaste torrent, nous balayant comme un troupeau, avec leur multitude de cavalerie et de canons.

Pourtant, nous résistons à son armée, son grand nombre exterminateur, bien que parfois sa cavalerie augmente tandis que les nôtres ont diminués.

Lorsque nous faiblissons, ils campent sur notre territoire et ravagent ville après ville en utilisant de grands canons qui démolissent les murs pendant des jours et des mois, avec zèle et obstination.

Lorsque notre cavalerie et notre infanterie ont augmenté, que nous avons vu aucune aide venue de nos frères, que nos vivres avaient diminué de par cette situation vraiment difficile, nous nous sommes conformés, contre notre volonté, à leur demande, par crainte d’une plus grande calamité, craignant que nos fils et nos filles soient fait capturés ou tués, à condition que nous restons dans une situation similaire à celle des Mudéjares, que nous aurions le droit d’appeler à la prière et de célébrer nos prières rituelles et nous laisser l’une des exigences de la loi religieuse, et celui d’ entre nous qui voulaient à traverser la mer serait autorisé à le faire en toute sécurité sur la côte africaine, avec toutes ses biens.

Et il nous montra des documents contenant des pactes et traités en disant: « Ceci est mon amnistie et ma protection par laquelle vous restez en possession de vos biens et maisons, comme vous étiez avant, mais sans armes ».

Cependant, lorsque qu’il trahit son traité de protection, il rompu l’alliance, transgressa les capitulations et fit se convertir au christianisme par la force et la dureté, faisant brûler les livres que nous avions et en les mélangeant avec des excréments et de la saleté.

Tous les livres portant sur des questions de notre religion sont tombés en proie à feu entre la moquerie et le ridicule.
Ils n’ont pas laissé un seul livre qui appartenait à un musulman, pas même celui dans lequel on pourrait se réfugier dans la solitude.

Celui qui était connu pour jeûner et prier était arrêté par les flammes, ceux d’entre nous qui ont quitté pour aller à leur lieu d’incrédulité ont été sévèrement punis par le prêtre par une gifle sur les deux joues, la confiscation de leurs biens et furent jeter en prison.

Pendant le Ramadan, le jeûne est interrompu, on nous force à prendre notre nourriture et notre boisson, nous ordonnant de maudire notre Prophète et nous interdisant de faire l’appel.

Dès qu’un groupe chantant son nom est entendu, il lui est infligé de dommages graves, les juges et les gouverneurs les punissent avec des matraques, des amendes, l’emprisonnement et l’humiliation.

On refuse la prière sur celui qui est mort, ainsi que le fait d’être enterré.

Au lieu de cela, il est jeté à un tas de fumier comme un âne mort ou un animal.

Outre ces nombreux autres maux qu’ils ont perpétrés et les actes déshonorants. Nos noms ont été changés d’une nouvelle façon sans notre accord.

Malheur à nos noms remplacés par ces barbares ignorants!

Malheur à nos enfants qui doivent aller chaque matin au prêtre qui enseigne l’incrédulité, l’idolâtrie et le mensonge !

Malheur aux mosquées qui ont été barricadées et transformés en tas d’excréments d’infidèles après avoir apprécié la pureté rituelle!


Malheur à ces minarets dont les cloches suspendues ont remplacé la shahadah !

Malheur à ces villes et leur beauté, ô combien obscurcies dans l’infidélité!

Elles sont devenus des bastions des adorateurs de la croix, à l’abri des attaques.

Nous sommes devenus esclaves, captifs ne pouvant être sauvés, même des musulmans qui ont prononcé leur Shahada.

Donc, si tes yeux ont vu ce qui est devenu notre situation, malheur à nous! Malheur au malheur qui nous afflige, le déshonneur, la douleur et l’oppression!

Nous te supplions, pour Allah et pour le pur, l’élu, la meilleure des créatures (Muhammad), le plus élevé parmi les hommes, pour la famille de Muhammad et ses compagnons, pour son oncle Abbas de regarder ce qui nous est arrivé, puisse Allah de son trône déverser sa miséricorde, parce que ce que tu dis est entendu, ce que tu ordonne est fait et tout ce que tu envoies est effectué rapidement.

Depuis le lieu d’origine de la religion chrétienne qui est sous ton domaine, parce que là-bas toutes les régions réparties, par Allah notre Seigneur, daigne nous favoriser avec des conseils ou un mot de protestation parce que tu possèdes l’excellence, la gloire, le rang et le pouvoir de sauver les serviteurs d’Allah du mal.

Demandez à ton pape, le gouverneur de Rome, pourquoi permettre la trahison après la signature de l’amnistie et pourquoi nous blesser sans qu’il n’y ait eu faute crime de notre part.

Lorsque son peuple qui avait été conquis, était sous la protection de notre religion et sous la protection de nos rois glorieux qui remplissaient leurs promesses, ils n’ont pas été contraints d’abandonner leur foi ou leurs maisons, et n’ont subi ni trahison ni déshonneur.

Assurer un pacte, puis le trahir, c’est un acte interdit par toutes les religions en particulier par un roi, c’est un acte honteux et honteux, interdit par la loi dans toutes les régions.

Ta lettre est venue à eux, mais ils n’en ont pas pris en compte un seul mot, cela a seulement augmenté leur inimitié et l’audace contre nous, et leur persévérance dans toutes sortes de maux.

Les envoyés égyptiens sont arrivés et n’ont pas été traités avec la trahison et le déshonneur, mais ils leur ont dit qu’on avait volontairement accepté leur religion d’incrédulité et n’avaient pas imposé à leur sujet la conversion à l’idolâtrie; par Allah, nous ne pourrons jamais accepter cette déclaration, ces mensonges sur nous, le plus grand mensonge dans ses paroles.

Ce fut la peur de la mort et de brûler qui a fait de nous ce que nous sommes. Nous avons dit ce que nous avons dit contre notre intention.

La foi du Prophète d’Allah n’est pas morte parmi nous, nous reconnaissons le monothéisme d’Allah

Nous n’avons pas accepté, par Allah, ni notre changement de religion ou de ce qu’ils disent à propos de la Trinité, et si nous l’avons proclamé c’est pour ne pas avoir à subir de tords. Demande à propos de Huejar comment ses habitant ont été exterminés dans l’ humiliation et le malheur, et demande à propos de Belfite, où tous ont été massacrés par l’épée après avoir subi l’Inquisition de l’ angoisse, Munyafa, ses habitants ont été tués par l’épée. La même chose est arrivée avec le peuple de Alpujarra. Concernant Andarax, ses habitants ont été consumés par le feu. Enfermés dans la mosquée, ils ont été transformés en charbon.

Malheur à nous! Se plaindre à toi pour nos maux est la pire des séparations!

N’ont-ils pas juré de nous faire quitter notre religion et notre prière rituelle, comme ils ont juré de le faire avant de rompre le pacte?

Sinon, qu’ils nous laissent émigrer en Afrique du Nord, la terre de nos proches, de nos biens. Nous préférons émigrer à rester dans l’incrédulité, avec le pouvoir, mais sans religion.

Tu attends la fin de nos angoisses, de notre malheur et de l’humiliation qui nous afflige comme toi, Allah soit loué, es le meilleur de nos rois et la gloire monte au-dessus de tous les autres.

Nous avons donc demandé à notre Seigneur de prolonger ta vie dans la royauté et la gloire, la joie et la prospérité, la paix dans tes domaines, la victoire sur tes ennemis, de nombreuses troupes, la richesse et la magnificence.

Enfin, la paix d’Allah attaché à sa miséricorde soit sur toi tous les jours et toutes les heures.

Quelques années après l’écriture de cette lettre, les Ottomans se rendirent maître de la Méditerranée, établirent leur plus importante base à Alger d’où ils délogèrent les Espagnols et tentèrent de reprendre l’Espagne.

Original du poème :

Poème des Andalous envoyé au Sultan Bayazid II
Poème des Andalous envoyé au Sultan Bayazid II

Bibliographie :

  • -« Fleurs des prairies ou Histoire du cadi ʿIyâdh », par Aḥmad al-Maghribî, neveu d’Aḥmad ibn Moḥammad al-Maqqarî, auteur de l’Histoire politique et littéraire de l’Espagne et de la Vie d’Ibn al-Khaṭîb, 1674 (an 1085 de l’hégire), disponible à la BNF, Département des manuscrits, Arabe 2106.
  • – Traduction réalisée à partir du travail de l’universitaire Mercedes García-Arenal, professeure au Conseil Supérieur des Études Scientifiques de Madrid
  • – Les Morisques, Editions Nationales de Madrid, 1975

À propos de Le Web Master

Historien & militant associatif. Parcours d'études en histoire comprenant notamment l'étude de l'histoire contemporaine (Le premier XXeme siècle ; de 1914 à 1945), de l'histoire culturelle (histoire des minorités au Moyen Age, histoire des femmes, histoire des intellectuels au moyen âge), de l'historiographie (historiographie gréco-romaine, histoire des mouvements historiographiques contemporains), l'histoire Moderne (L'Espagne au XVI-XVII siècle, les Ottomans, Des Lumières à la République), de l'histoire médiévale(Thématiques du Moyen Age en Occident : Economie, Religion, Urbanité, Pouvoir, Échiquier politique, etc), l'Histoire Romaine (De la période archaïque à la République, De la République au Principat, Les éléments du pouvoir impérial), de l'Histoire Grecque (Période classique Période hellénistique), de l'histoire de l'économie (Le premier XXe siècle 1900-1945 Le second XXe siècle 1945-2000), de l'histoire de l'art (l'évolution des arts de la Révolution à la la seconde guerre mondiale) ainsi que d'importantes études sur le monde musulman.

Leave a Reply